© Fabrice Lepeltier

Exposition "Jean-Marie Fage, je peins ce que je vois"
Du 20 juin 2020 au 3 janvier 2021
« La peinture peut être une manifestation du bonheur de vivre en traduisant un acte d’amour entre le peintre et le monde des formes et des couleurs qui l’entoure. En fait j’essaie d’aimer davantage et de comprendre à ma façon la part reçue de la nuit des temps que les poètes nous aident à approcher en montrant ce que le premier regard ne voit pas. »
                                                                                 
Jean-Marie Fage
De son enfance au bord de la Sorgue jusqu’au Luberon où il vit depuis plus de quarante ans, Jean-Marie Fage construit avec constance une œuvre qui invite à la contemplation silencieuse.

Né à L’Isle-sur-la-Sorgue en 1925, enfant, il perd un œil et nourrit une sensibilité précoce aux arts et à la poésie. Jeune homme, il rencontre René Char, Auguste Chabaud et Georges Braque qui confortent son désir de devenir artiste. Il s’installe à Paris en 1950, où à côté de la peinture, il devient collaborateur d’architecte, son second métier pendant vingt-cinq ans. En 1963, il revient dans le Vaucluse en quête de lumière et de « motifs ». Ses recherches sur l’espace et la couleur le conduisent des paysages aux ateliers jusqu’à des compositions contrastées aux frontières de l’abstraction. Ses dernières années, il renoue avec le plein air et la figuration en peignant de grandes compositions qui revêtent une nouvelle dimension, symboliste.
Le musée Vouland recycle, adapte et réinvente l’exposition Jean-Marie Fage, tracer la lumière ouverte au public seulement sept jours avant et neuf après le confinement au centre d’art Campredon de l'Isle-sur-la-Sorgue.

© 2014 Fondation Louis Vouland         © Photographies : Fabrice Lepeltier / Photothèque Vouland sauf mention contraire

  • Facebook Social Icon
  • Icône social Instagram
  • YouTube Social  Icon
  • Trip Advisor social Icône